instruction en famille

Depuis quelques jours j’ai envie de te parler de l’Instruction en Famille. J’avais commencé à t’écrire un article avec un argumentaire blindé et tout, mais en fait il est chiant à lire. Et puis mon but c’est pas de te convaincre, je fais bien ce que je veux et toi aussi. Alors je vais plutôt te raconter comment je m’en débrouille. 🙂

L’instruction est obligatoire, pas l’école

Au cas où tu ne serais pas tout à fait d’accord j’te rappelle quand même ça hein. En France l’école n’est PAS obligatoire. C’est une fausse croyance qu’on t’inculque dès ton plus jeune âge avec un gros gros abus de langage. Au moins comme ça tu ne te poses pas de question, tu ne sors pas des sentiers battus. Non, en France la seule chose à laquelle tu es tenu c’est l’instruction (et si tu ne me crois pas je t’invite à découvrir l’article L131-2 du Code de l’éducation).

Ouais c’est cool mais c’est quoi l’intérêt de l’Instruction en Famille ?

Avec l’Instruction en Famille je vais passer les 10 prochaines années à tenter d’offrir l’environnement le plus enrichissant possible à mes 2 asticots. Et comme c’est moi qui vais le faire il va se passer 2 choses géniales :
1) je sais ce que je leur propose de découvrir (et comme on est des grands curieux dans la famille les journées sont toujours trop courtes) ;
2) je vais pouvoir les observer pendant qu’ils apprennent tout ce qui les intéresse.
Je vais pas arriver à leur majorité en me lamentant “Halala, il est déjà à la fac, je l’ai pas vu grandir, c’est encore mon bébé bla bla bla…”.

Ouéééé, c’est bien beau tout ca, mais t’es pas prof j’te rappelle !

Ha ? Bon ok, j’suis pas prof. Il faut quoi déjà comme formation pour enseigner ? Le CAPES ? Ha non c’est un concours ça, pas une formation. Juste tu pries pour que le quota d’admis te fasse loger dedans. Tiens si tu ne me crois pas je te renvoie à cette magnifique session de 2014 où tu pouvais être reçu avec 4/20. Bref, sans me croire plus intelligent que la moyenne, je ne me sens pas plus con qu’un autre 😉
Tu es prof et ma caricature te dérange ? C’est pas grave, je sais que tes confrères sont les plus prompts à déscolariser leurs enfants au collège. C’est pour leur éviter la période la plus dure à passer dans le cycle de la scolarité. Et puis nous avons un ami commun, j’en parle un peu plus bas.

Comment tu fais alors ?

Ben déjà j’ai eu la chance… non en fait c’est pas de la chance, j’me suis bougé le cul, j’ai sauté sur des occasions pour rencontrer des gens intéressants qui naviguent dans le milieu plutôt confidentiel qu’est celui de l’Instruction en Famille. Par exemple une petite matinée à écouter Jean-Pierre Lepri, le gars qui te fait bêtement comprendre que celui qui apprend, c’est ton enfant. Ouais ok, ca veut dire que c’est LUI qui apprend. Et tu peux faire ce que tu veux, c’est LUI le patron. On ne PEUT PAS “apprendre à quelqu’un“. Tu te vois faire une lobotomie, brancher ton cerveau au sien et déverser tout un tas de connaissances dedans ? Ben non, donc à partir de là tu comprends que seul l’enfant est acteur de ses apprentissages. Ton seul job, c’est de le mettre dans l’environnement adéquat, assez riche culturellement parlant.

Instruction en Famille, une Écologie de l’Enfance

Mais comment tu fais alors pour créer cet “environnement” ?

Alors là je vais te citer 2 autres personnes à découvrir. Le 1er ce serait André Stern, le mec qui n’est jamais allé à l’école (il est un peu vu comme un pionnier de l’Instruction en Famille en France), qui n’a pas plus mal tourné qu’un autre et qui t’explique bien que l’important pour un enfant, c’est le jeu. Et en jouant, il apprend. Je pourrais t’en raconter pendant des heures après l’avoir vu en conférence et en atelier (j’me suis bougé le cul hein j’te dis !). Il travaille avec un neurobiologiste, Gerald Hüther, qui lui, prouve que l’enfant a besoin du jeu pour s’épanouir. A cet effet je te propose cette petite vidéo de 15mn qui est tout simplement géniale.

Donc tes asticots ils ne font que jouer de la journée ?

Et tu vas me faire croire qu’ils en apprennent autant que les autres ? Qu’ils sont plus heureux ? Que ca vaut 100 fois l’école ?
Alors non, ils ne jouent pas du matin au soir c’est sûr. Pourquoi ? Parce que depuis quelques années nos libertés disparaissent et que l’inspection académique exige de plus en plus de preuves lors des contrôles. A l’école si t’es mauvais t’es mauvais, en fin d’année tu passes, tu redoubles, mais tu restes pas en CE1 jusqu’à tes 16 ans. Alors qu’en Instruction en Famille, si pas de résultats convenables c’est go école après injonction du procureur. Ces gens confondent donc obligation de moyens et obligation de résultats en plus d’être juge et partie (bah oui, l’inspecteur ne peut pas être impartial, c’est un employé de l’Éducation Nationale hein !).

Des journées adaptées… à la famille

Pour limiter la casse, on se fend donc de matinées de travail “formel” avec quelques bouquins. C’est comme ça qu’ils découvrent les maths, les langues ou encore l’Histoire de France… Mais la comparaison s’arrête là. Les maths c’est bien aussi avec des outils comme Khan Academy, la lecture c’est plus fun avec la Cabane Magique, l’écriture c’est moins pénible sur un blog, les sciences c’est plus rigolo avec Scratch pour découvrir la programmation et j’en passe.

Autant d’Instruction en Famille différentes que de familles

Chez nous (car tout ce que je te dis là ce ne sont que des choix PERSONNELS !) les supports les plus formels sont donc réservés aux matins. Ils peuvent sauter s’il y a d’autres impératifs familiaux (faire une sortie typiquement). Mais surtout doivent rester acceptés par mes asticots. Des fois ça les saoule, alors on propose autre chose, jusqu’à ce que l’indigestion soit passée. C’est un deal entre eux et nous. Ils ont une grande liberté mais il nous faut des preuves de leurs travaux. Les après-midi en revanche c’est open bar : programmation, lego, musique (merci leboncoin !) et sport sport sport. Ils adoooorent se défouler, font du Baseball plusieurs fois par semaine, du hockey sur roller le vendredi soir. Ils me font pousser des cheveux blancs à une vitesse pas possible lorsqu’ils prennent leur VTT.

Ouais mais la socialisation, toussa, c’est important, ya qu’à l’école qu’ils peuvent l’avoir !

team baseballWTF ?!? Ils ont des voisins, des clubs de sport… Petit aparté, tu le crois si tu veux, mais quand ils jouent au Baseball on entend des “youpi on va retrouver nos copains des autres clubs pour jouer avec !“. J’ai plein de photos à te montrer à ces occasions pour preuve de leur socialisation. Ils connaissent le respect et sont plutôt choqués de voir comment nous, adultes (au sens large du terme), ne sommes pas toujours les meilleurs exemples du monde à ce sujet.

C’est bien beau tout ça mais moi ton Instruction en Famille, j’pourrais pas.

“J’ai besoin de temps pour moi, j’peux pas les supporter comme ca H24. Rien que les vacances d’été il me tarde de voir arriver la rentrée quand on n’est que fin juillet.”
Bah oui, c’est possible. Nous on appelle ça le vivre-ensemble (c’est pas une notion qu’on voit aussi à l’école par hasard ?). Ça consiste justement à apprendre à communiquer les uns avec les autres, à respecter les besoins les uns des autres. C’est probablement le plus dur à apprendre.
Pas pour eux.
Pour nous.

Instruction en Famille et Communication Positive

Oui nous, les adultes tout-puissants qui n’avons en tête que le système hiérarchique de cette société patriarcale. Quand t’es au boulot tu discutes comment avec tes collègues ? Tu les engueules quand ils ne font pas le boulot assez vite ? Tu leur tires l’oreille quand ils font des conneries ? Tu les notes en leur disant que c’est jamais assez bien ce qu’ils font ? Si tu fais tout ça méfies-toi, tu risques les prud’hommes, le burn-out, le suicide… Ha ça tombe bien, c’est une notion qu’on travaille aussi à l’école avec ce truc qu’on appelle le harcèlement 🙂

L’ascenseur émotionnel ça se ménage.

Tu ne le ferais pas avec des adultes, alors pourquoi le faire avec des enfants ? Et pourtant… Ouais je généralise, je caricature. Je suis même totalement injuste envers ceux qui font les choses bien en mettant tout le monde dans le même sac. En fait on est tous logés à la même enseigne. Je ne suis pas mieux que toi sur ce point. On est tous influencés par notre propre éducation. Il ne nous reste qu’une chose à faire, batailler pour changer nos habitudes dans ce domaine, un pas après l’autre. En ce qui me concerne, c’est bien mieux qu’hier, mais toujours moins bien que demain. Je fais de mon mieux 😉

Instruction en Famille et Décroissance

Un choix de vie en conséquence

Et ça m’amène à rappeler un détail important, ça ne marche bien que parce qu’on est 2 à s’occuper d’eux. On est tous inconstants, fatigués, de bonne ou mauvaise humeur, etc… Et à ce moment-là l’autre sauve la situation quand on a du mal à gérer, communique à notre place pendant qu’on passe le relais. Ça fait du bien, ça évite de se prendre la tête pour rien. Là t’es en train de te demander comment on vit du coup, si on est tous les 2 à la maison pour s’occuper de nos asticots. Je te rassure, on n’est pas nécessairement au crochet de la société. Certains sont à leur compte, d’autres sont en télétravail. Quoi qu’il arrive nous choisissons souvent une vie assez sobre, limitant les dépenses et de fait le temps à accorder à la gestion des finances.

Instruction en Famille, Écologie, Zéro Déchet, une fracture sociétale

Cette décroissance nécessaire colle donc à la perfection au principe zéro déchet, ca tombe bien. Là aussi ce sont d’autres enseignements à tirer, entre les animaux à s’occuper (la maison est devenue petite ferme avec ses poules, ses ânes, son chien) et un jardin (potager, verger) à appréhender le plus respectueusement possible (éthologie, éducation positive, clicker training, permaculture…).

On arrive donc à une fracture sociétale sur la question écologique certes (en plus du reste). Mais n’est-elle pas nécessaire en ces temps perturbés où la politique de l’autruche peine à laisser place à l’action ? C’est un parti pris, nos enfants pourront nous le reprocher. Pour le moment j’essaie, comme tous parents, de faire de mon mieux pour les armer pour leur future vie d’adulte.

Si tu es arrivé jusqu’à la fin de cet article c’est déjà que tu as eu assez de curiosité pour le sujet. Je t’en remercie ! Il reste certains aspects à discuter bien sûr (les diplômes ? bah oui !) mais j’en garde un peu pour une prochaine fois, c’était déjà bien assez long pour aujourd’hui. N’hésites pas à commenter pour me poser toutes tes questions. Tu as aussi le droit de me dire que t’as aimé découvrir l’Instruction en Famille, ça me fera plaisir à lire 😀

Total
9
Shares

10 commentaires

    1. Ça fait partie de ces choix qui ne sont pas irréversibles. Ça ne coûte rien de tester quelques mois et prendre une décision par la suite. Et si le besoin de suivre la voie de l’IEF se fait impérieux alors c’est comme le reste, il faut se battre pour ses convictions 😉

  1. Je trouve ça passionnant, intéressant, très enrichissant… Mais souvent beaucoup d’autres choses sont à prendre en ligne de compte (tu en parles d’ailleurs : il faut pouvoir bosser de chez soi pour faire ça…).
    Il faut aussi que tout le monde soit d’accord selon moi, les deux parents et les enfants !
    Et puis il faudrait un couple qui soit toujours merveilleux comme tu le dis à un moment : “si tu es fatigué, l’autre sauve la situation”. Chez moi, ça ne se passe pas tjrs comme ça…
    En fait ton article fait vachement envie parce que ça a l’air d’être le monde de bisounours (je ne dis pas ça méchamment du tout !).
    Alors moi j’ai une question : c’est quoi l’envers du décor ? C’est quoi les inconvénients ? Et quel âge ont tes enfants ??
    Merci !

    1. On est bien d’accord que c’est un projet de vie, il est donc évident que toute la cellule familiale est ok pour y adhérer ou au moins tester.
      Comme c’est un CHOIX de vie, on a étudié les options pour le réaliser. On aurait aussi pu dire que Zhomme va au boulot pendant que je m’occupe des enfants, ou bien l’inverse, ou encore faire des temps partiels. Il y a plein de possibilités en fait, mais je ne vais pas tout détailler ici ca ferait trop long.
      Comme c’est un CHOIX de vie, c’est à chacun de faire sa part pour que le quotidien se déroule dans les meilleures conditions. On apprend à vivre ensemble, rattraper le coup quand l’autre fatigue en fait donc partie, puisque ca sert l’objectif commun.
      Mes enfants ont 8 et 10 ans. Le plus difficile à gérer reste l’inspection annuelle obligatoire (j’en parle un peu dans l’article). C’est pareil pour toutes les familles, c’est un mauvais moment à passer hyper stressant, même si chez nous ca se déroule bien jusqu’à présent. Certains pourraient croire que vivre à 4 en permanence dans les même pièces est aussi un inconvénient. Je ne suis pas d’accord avec ca car ca fait partie du “vivre ensemble”. Ca s’apprend, ca interroge énormément sur les modes de communication, on se remet en question, c’est hyper instructif pour nous adultes.
      J’espère que tout ca répond à tes questions, n’hésites pas si tu en as d’autres 😉

  2. Oui, merci, ça répond bien à mes questions 🙂
    Je me rends surtout compte que pour moi, l’instruction en famille, c’est une utopie… J’admire les gens qui y arrivent, qui passent le cap mais je me rends compte que je ne pourrais pas…
    J’aimerais bien pouvoir offrir à mes filles des alternatives, qu’elles sachent qu’il n’y a pas que l’éducation nationale, mais je n’en ai pas les moyens…
    J’essaye déjà la communication bienveillante (ça marche pas à tous les coups…), la parentalité positive (ça marche pas à tous les coups non plus), le respect de la planète, du prochain, le minimalisme, la sobriété heureuse, les anniversaire zéro déchet… le défi rien de neuf en 2018 !! Bref, je me rattrape en me disant que mon combat pour l’instant se situe ailleurs !

  3. Je partage complètement ton point de vue. Mon fils a commencé dans une école Freinet lorsqu’il était petit et ensuite, la maison a pris le relais de nombreuses années car Alexander S. Neill n’était pas dans le coin 😉
    Les contrôles de l’état sont une épreuve pour pas mal de personnes qui font l’école à la maison. C’est assez peu développé chez nous contrairement aux U.S ou même à la GB.
    Mais je ne sais si cela va pouvoir continuer longtemps avec les réformes de l’éducation. Et avec la réforme du bac …un bac en candidat libre sera-t-il encore possible ?

    1. Haaa la saison des contrôles… Elle a commencé pour certains visiblement ! J’ai de moins en moins d’espoir sur la forme hélas, je pense qu’on verra la disparition de nos droits sur l’instruction d’ici peu pour de mauvaises raisons. Les récents débats sur l’obligation dès 3 ans rajoutent au stress, ca va encore être une super ambiance dans les asso, dans les foyers où l’opposition se faire sentir… Aller voir ailleurs c’est une question qui vient de plus en plus sur la table ces temps-ci, USA, GB, Canada… A voir qui sait 😉

  4. Je vais me permettre d’apporter quelques commentaires pour compléter vos propos. Je trouve que c’est honnête de souligner que c’est personnel et que c’est votre choix de vie.
    Après, c’est aussi intéressant de voir qui en pratique peut faire ce type de choix. Vous citez des parents à leur compte, en télétravail, je connais aussi des parents où l’un s’est arrêté de travailler, d’autres ont pris des temps partiels… Ce qui revient à dire que cela concerne donc des gens qui ont des professions spécifiques (on ne pourra jamais être ouvrier en télétravail, ni aide soignant, ni chauffeur de taxi ou camionneur, etc, etc…) et/ou avec un salaire qui permet un ajustement du temps de travail sans mettre en péril le budget familial. Pour faire caricatural, même avec une vie sobre et une réflexion sur une consommation raisonnée, il est peu probable qu’un couple de manutentionnaire dans un super marché puisse faire ce choix de vie.
    J’en parle à l’aise puisque j’ai choisi d’être “bénévole à temps plein” pour un collectif d’associations. C’est mon travail à temps plein, je ne gagne pas un rond, cela permet au collectif d’être représenté largement, de travailler avec des professionnels sur les heures où les autres militantes sont au boulot, etc, etc… Cela impose à ma famille (2 parents, 4 enfants) des restrictions très fortes que tous ont eu la grande générosité par rapport à moi d’accepter sans jamais sourciller. Maintenant que mes grands font des études, cela devient de plus en plus difficile mais on tient bon. C’est notre choix de vie aussi… mais nous sommes propriétaires d’un logement acheté il y a longtemps fort peu cher, sans crédit à rembourser et mon mari gagne 3000 euros par mois. S’il en gagnait 1500 de moins, cela aurait été une autre affaire.
    Mon frère et ma belle sœur (aide soignant et infirmière) avait pensé aussi faire l’instruction en famille mais impossible avec leurs salaires et pourtant, ils sont d’une sobriété sans faille.

    Deuxième point, je suis toujours surprise par cette vision de l’école si négative. Je vis en ville, mes enfants vont et sont allés dans des écoles, collèges, lycées lambdas et ils y ont été et y sont heureux. Quand mon frère parlait de l’instruction en famille, mes aînés nous ont dit “ne nous faites jamais ça!”. Bien sûr qu’il y a eu parfois des soucis, des ratés, nous en avons parlé avec nos enfants, nous avons été dialoguer avec les enseignants et en 20 ans de fréquentation de l’école publique, jamais nous n’avons été en situtaion de blocage. Notre collège de secteur est en ZEP, nous y avons toujours trouvé une équipe attentive, dévouée, inventive et respectueuses des enfants. Et si tous les profs ne sont pas idylliques, nous avons estimés que c’est aussi un apprentissage de l’humain et que nos enfants étaient en capacité à apprendre aussi de leurs difficultés. On a l’impression que l’école est forcément une entrave au développement de l’enfant et à ses apprentissages et nous n’avons pas constaté cela. Nos enfants apprennent à l’école et en dehors, c’est un continuum.

    Pour en avoir longuement parlé avec ma fille, qui a 20 ans aujourd’hui, elle m’a dit que ce qui l’aurait insupporté, c’est justement d’être autant de temps avec nous! Elle avait profondément aimé avoir tout ce temps extérieur de la maison, avec des gens autres que nous, à pouvoir ne raconter ensuite que ce qu’elle voulait de sa journée, à vivre autant avec ses meilleures amies, etc, etc… Du coup, j’avais interrogé mes fils qui grosso modo m’avaient dit les mêmes choses. Le plus jeune, encore en primaire, aurait aimé autre chose: rester à la maison quand il voulait et aller à l’école quand il voulait mais ne surtout pas abandonner l’école.
    Après, mon mari et moi avons aimé intensément nos années d’école et y repenser est pour moi plein de joie. J’ai eu quelques profs insipides ou franchement désagréables, mais aussi surtout des gens tellement merveilleux que les rencontrer à illuminer ma vie. Des gens auxquels je pense encore aujourd’hui comme des modèles. Et je vois que mes enfants ont aussi faits de telles rencontres et je me réjouis qu’il aient pu passer tout ce temps avec de si belles personnes. Il peut donc être dommage, au delà des préférences de chaque famille, qui elles sont toutes légitimes et ne se discutent pas bien entendu, qu’instruire en famille laisse planer l’idée que l’école publique (ou privée d’ailleurs) soit un lieu néfaste pour les enfants et leur développement.

    Et je précise que même sans instruire ses enfants en famille, on peut mettre en place l’environnement le plus épanouissant pour ses enfants, les regarder évoluer avec fascination et ne pas arriver à leur majorité en ayant le sentiment de ne pas les avoir vu grandir et heureusement! Et enfin, ceci mis à part, je trouve votre blog vraiment bien, plein d’humour et source de réflexions passionnantes. Bonne journée!

    1. Oui c’est un point de vue que j’entends de temps en temps. Quelque part ca me rassure d’entendre qu’il y a des gens qui gardent des souvenirs aussi agréables de leur période scolaire, le monde serait bien triste et fou dans le cas contraire 😉 (quoique, si on pense à la croissance et au consumérisme à outrance… je sais pas si on est si heureux et sains d’esprit que ca, mais c’est un autre débat 😡 )
      Aujourd’hui ce qui me motive le plus, c’est que le monde rétrécit, il offre d’autres opportunités. J’ai envie d’en profiter en famille. Etre autonomes avec l’IEF c’est peut-être aussi un bon point de départ pour ce genre de projet 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Aller à la barre d’outils