conservation des legumes - Vivre sans frigo, possible ou absurde ?

Vivre sans frigo ? Ça doit faire 2 ans maintenant que j’y pense. Un jour en voyant mon bac à légumes, j’ai eu envie de virer mon frigo de la cuisine. A l’époque j’avais déjà aperçu des boites de rangement super design pour poser mes carottes, mes poireaux, patates, etc… Mais vendre sa maison sans frigo et avec des carottes accrochées au mur c’est… contre-productif dirons-nous 😉

Conservation dans le sable Design, idéal pour vivre sans frigo
Conservation dans le sable Design

Maintenant que je suis bien installée dans mon nouveau chez-moi, j’ai toute ma cuisine à refaire (encore !). Il faut quand même que toute la maisonnée accepte ce nouveau challenge. J’avoue c’est vachement plus simple qu’il y a 2 ans en fait. Il suffit d’ouvrir le frigo et hoooo… il est vide ! Tsss tsss tsss j’entends déjà les moqueurs dire “oui ca c’est plutôt parce que tu vas jamais faire les courses !”… Bon ok j’aime pas y aller. ET ALORS ? J’ai surtout un bout de jardin et une alimentation végétarienne. Ça facilite déjà grandement la tâche. Pas que ce soit impossible si tu manges viande et/ou poisson hein, ca demandera peut-être un chouillat plus de boulot, c’est tout.

Vivre sans frigo ? Autant retourner dans ta grotte !

Bon c’est vrai, un frigo ca peut être super classe. Surtout s’il est monstrueusement grand, qu’il te sert de la glace et de l’eau fraîche à volonté et que, cerise sur le gâteau, tu peux y trouver un écran tactile connecté pour gérer ta cuisine. Le frigo aujourd’hui c’est entre le minimum syndical et le signe extérieur de richesse. Assurément un objet de démonstration de ta condition sociale. Alors si je dis que je compte m’en passer, je deviens quoi ? Une pauvre associale qui retourne vivre dans sa grotte ? Je me demande si c’est pas un petit peu tabou en fait comme question… Bah tu sais quoi ? Tant pis, on s’en balec’, j’veux vivre comme j’en ai envie :p

Mais c’est quoi l’intérêt de vivre sans frigo ?

J’te la fais courte. Les légumes comme les fruits n’aiment pas du tout le froid. D’une part ils perdent leur goût. Ensuite ils s’abîment plus vite. Et enfin on les oublie. C’est aussi valable pour les restes, le pot de crème fraîche 3/4 entamé, le vieux bout de poulet qui devient gluant ou ton jambon qui change de couleur. J’te parle même pas de tes yaourts qui explosent à 00h01 une fois la date de péremption dépassée. Conclusion, tous autant qu’ils sont, ces aliments partent à la poubelle… comme 30% de la production de nourriture mondiale, oups ! Remember les chefs Etchebest et Lignac dans les chefs contre-attaquent, tu crois que les choses ont changé depuis ?
Perso à l’époque j’avais adoré l’initiative. Mais je suis sûre qu’on peut faire encore mieux.

Pour vivre sans frigo, tu comptes faire comment ?

Stockage des fruits et légumes, essentiel pour vivre sans frigoD’abord se renseigner. Mes œufs par exemple, ne se conserveront que mieux si je les garde à température ambiante. Si je les mets au frigo je vais faire un remake de Lactalis et ses salmonelles, pas top. Et même que si je veux m’appliquer, je leur mets la tête en bas. Pour les légumes il y a plein d’astuces. Poser les poireaux dans un fond d’eau, garder les carottes dans le sable, ou encore entreposer les pommes dans une clayette, au plus près des patates pour les empêcher de germer. La liste est longue. La maison étant petite, mes capacités de stockage sont finalement limitées, même si je devais être bien organisée.

La solution tient alors en un mot : décroissance. Encore ? Bah oui, et dans le cas présent je le traduis par flux tendu. Moins de stockage, juste le nécessaire pour quelques jours car nous ne sommes plus en guerre depuis des lustres. Ça fera moins d’oublis, moins de déchets, moins de pertes. Pour y arriver, je commence par faire confiance à mon maraîcher qui me propose des produits de saison. Pas besoin de surgelés ni de légumes fades qui n’ont jamais croisé le soleil. Il y a également le jardin qui m’apporte fruits et légumes de qualité et en grandes quantités.

Conserves de légumes, indispensable pour vivre sans frigoPour en profiter un maximum, je peux les stocker grâce à différentes techniques de conservation. Congélation (bof bof), stérilisation, lactofermentation et j’en passe. Autant de façons de stocker durablement les aliments sans avoir besoin du moindre frigo. Je peux donc me faire plaisir avec une ratatouille ou des tomates farcies au milieu de l’hiver. La technique que je teste ces jours-ci et qui me semble très prometteuse est bien une des plus anciennes, la lactofermentation. Cet été c’était le séchage et la conservation dans l’huile, c’est génial aussi, même si ca prend un peu plus de temps en préparation.

Cool, t’as trouvé comment vivre sans frigo, mais tu y gagnes quoi ?

Pour commencer j’apprends des tonnes des choses, notamment sur la conservation comme je te disais à l’instant. Ensuite je vais y gagner en goûts, vu que les aliments ne seront pas au frais ils vont conserver toutes leurs saveur et goût. Pour ceux qui vont être stockés (comme les excédents du jardin et du verger), je vais pouvoir adapter la technique de conservation afin de profiter au mieux de leurs vitamines et minéraux. La fermentation est une super technique de ce point de vue là. D’ailleurs, la préparation de ce type de conserve ne nécessite pas d’énergie, contrairement à la stérilisation ou à la congélation. Tout se fait à température ambiante, de la préparation au stockage.

Sur le long terme c’est une économie non négligeable pour un résultat bien plus durable. La congélation n’est valable que quelques mois, après on y perd quasiment tout de l’aliment (goût, texture…). Avec la stérilisation, il faut consommer tout le bocal une fois ouvert. En fermentation, on peut se permettre de piocher de petites quantités et continuer de stocker. L’exemple que tu connais le mieux dans le domaine c’est le cornichon. On reparlera de tout ça dans un prochain article, promis 😉  Avec ça, c’est toute la production de mon jardin que je vais pouvoir stocker. Autant te dire que pour mon budget courses ca va faire une belle différence !

Et cette place que je vais gagner dans ma cuisine, je vais pouvoir retravailler l’espace, afficher fièrement mes jolis bocaux. J’ai hâte de voir le résultat, je sens que je vais me sentir encore plus à l’aise dans cette cuisine. C’est important aussi de se sentir bien dans toutes les pièces de sa maison !

En résumé…

En apprenant à vivre sans frigo je devrais donc :

  • manger mieux, avec plus de goûts et faire de nouvelles trouvailles gustatives 🙂
  • faire des économies, d’électricité, sur mon budget courses…
  • diminuer toujours un peu plus mon activité de consommation

Je crois que c’est un bilan plutôt positif. Pour le moment j’ai du mal à voir des raisons de ne pas essayer. Je vais bien voir dans les prochains mois si les actes me donnent raison. Rien n’est bien sûr définitif, je te dirai ce qu’il en est à mesure de mes essais.
Avec un tel sujet, je parie que tu as plein de questions. N’hésites pas, poses-les en commentaire !

Total
9
Shares

2 commentaires

  1. Bjr,
    Justement il y a l’expérience de Marie Cochard qui en a fait 1 livre et qui n’est pas vg. Je ne me verrai pas vivre sans mais il y a des idées à piocher.

    1. Je me suis fait offrir ce livre à Noel, mais au final à part de belles images (très belles) je le trouve trop succinct. Il est grand public en somme, bien pour avoir un aperçu général mais il ne va pas assez en profondeur pour la mise en pratique et c’est bien dommage. J’ai dû m’équiper d’autres livres à coté sur la conservation des fruits et légumes par exemple, c’est assez utile pour vivre sans frigo 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Aller à la barre d’outils