Le temps des contrôles pédagogiques en IEF arrive, comme chaque année au printemps. Pour nous, je pense que ça sera d’ici 1 mois, peut être 2 max, je verrai bien quand je recevrai le fameux courrier tant redouté qui annonce la date de passage du contrôleur de l’IA. Et avec le temps des contrôles arrive l’envie de partir … partir loin … très loin …. des contrôles, de la France et de ses limites. Je te raconte tout ça en détail pour essayer de te faire comprendre.

Les contrôles pédagogiques, c’est quoi ?

En France, l’école n’est pas obligatoire, mais seulement l’instruction. Donc libre aux parents et enfants de voir s’ils  veulent “déléguer” ce droit à l’école ou à un organisme de cours par correspondance ( CPC ) ou bien encore le faire eux-même : l’Instruction En Famile ( IEF ).

Le 2ème effet kisskool, c’est que si on choisit l’option de se débrouiller par nous-même, l’Etat part du principe classique que “la confiance n’exclut pas le contrôle”. Soit. Donc, tous les ans, les services de l’Etat vont déléguer un de ses représentants, via l’Académie ou le Rectorat, pour s’assurer que nous répondons aux devoirs liés à nos droits. Bon, moi ce qui me chagrine un peu, c’est que pour ses propres enseignants, ces inspecteurs ne passent en moyenne que tous les 5 ans. Tu vas me dire que c’est normal, ils sont profs et pas moi… et je te renvoie à ce moment-là à mon précédent article sur le sujet 😉 Non, la différence tient surtout au fait que les enseignants sont logiquement sous contrôle de leur ministère, liés à l’unique programme proposé par celui-ci. Alors qu’en IEF, la pédagogie, c’est bien nous qui la choisissons. Et c’est plutôt ça qui dérange à dire vrai !

Pourquoi ces contrôles pédagogiques ?

Si le principe du contrôle est acté depuis longtemps, il ne s’est systématisé qu’il y a 20 ans, sur fond de dérives sectaires à la mode à l’époque. Sur ce fond de suspicion, l’Education Nationale contrôle donc chaque année la pédagogie employée par les familles. Depuis quelques années, pour tenter de gommer cet à priori négatif, la loi s’est réorientée sur la progression de l’apprentissage de l’enfant. Afin, dixit, de s’assurer qu’il atteigne les objectifs du socle commun obligatoire à l’âge de 16 ans. Concrètement, il faut pouvoir démontrer à chaque contrôle que la pédagogie employée permet une progression. Et cette progression doit être suffisante pour voir l’ensemble du programme décrit dans le socle commun de connaissances et compétences. 

Il faut être honnête, le fantasme de la dérive sectaire reste tenace dans les hautes sphères politiques. Et forcément, ces temps-ci, le débat sur la radicalisation  sert la soupe à ceux qui veulent restreindre nos droits en matière d’instruction – avec une mauvaise foi éhontée hein, notes bien, car jusqu’à présent les cv de tous les “radicalisés” affichent qu’ils sortent de l’école de la République (sic !), pas d’IEF affichée (il y a longtemps qu’on serait cloués au pilori sans ca !)… Je ne te fais pas un dessin, tous sont d’accord pour que nous, familles en IEF, soyons sûrs de prendre les coups sans broncher à chaque événement de la sorte.

Ca se passe comment ces contrôles pédagogiques ?

Sur cette ambiance un peu clivante nous recevons donc tous les ans un courrier nous prévenant de la date de l’inspection. Celle-ci peut se dérouler à domicile comme dans les locaux de l’administration. En ce qui nous concerne, c’est l’occasion de préparer un courrier en retour dans lequel nous faisons un résumé de l’année. Nous y abordons les domaines étudiés, supports employés, difficultés rencontrées et faisons un point sur la progression pour chaque thème. Notre nouvel inspecteur a été plutôt surpris par cette méthode mais elle nous permet de cadrer en amont l’entretien à venir.

Le jour du contrôle nous ressortons donc tous les travaux de l’année. S’il y a une chose qui compte par dessus tout, c’est bien d’avoir des preuves à présenter. Nous collectons donc mois après mois toutes les productions et les archivons pour ce jour-là. Il reste alors à dérouler notre courrier en reprenant les thèmes, en présentant des travaux collectés au fil des mois et en échangeant dessus. Pour savoir où on en est on s’appuie sur le référentiel de l’éducation nationale qui référence les objectifs par cycle. Tout en laissant une grande part de liberté à notre quotidien, nous pouvons checker ce qui est vu, contrôler avant l’inspection en ressortant les productions des enfants,  argumenter les points durs, justifier les retards et avances dans les différents domaines étudiés. En fait on révise hein 😉

Au besoin l’inspecteur peut discuter avec les enfants. Il va leur poser quelques questions, vérifier rapidement les points que nous avons annoncés comme vu. La logique pour lui est de s’assurer rapidement que la réalité est bien conforme à ce que nous annonçons. Il arrive plus fréquemment que l’inspecteur soit accompagné de conseillers pédagogiques qui feront faire des exercices aux enfants, parfois pendant près de 2h… (et ça il n’en est pas question chez moi vu comme je m’embête déjà toute l’année à collecter leurs productions !)

Cette année sera le 4ème contrôle pédagogique pour nous. Depuis l’an dernier, les 2 garçons y ont droit.

Et après le contrôle pédagogique ?

A l’issue du contrôle nous avons déjà un avis de l’inspecteur. Nous aurons un retour écrit dans les semaines qui suivront avec un résumé de nos échanges. Au besoin il y aura des recommandations et bien sûr l’avis écrit nous “permettant” de poursuivre une année supplémentaire. Miam, que c’est agréable de se sentir sur la sellette tous les ans quand on s’applique avec des résultats !

C’est à ce moment-là qu’en fait je n’aime pas me justifier. Surtout que l’inspecteur est, quoi qu’on en dise, partie prenante puisqu’il est fonctionnaire représentant officiellement l’Education Nationale. Ce manque de neutralité me pose un vrai problème. Je vois comme injuste le pouvoir de décision accordé à ce moment-là au ministère. Dans les faits il reste tout de même un dernier rempart. En cas de souci, l’IA fait un signalement au procureur de la République. C’est lui qui peut décider d’une injonction de rescolarisation. Donc en principe on peut s’opposer à l’avis de l’IA devant une autorité tierce en cas de désaccord, mais à quel prix…

Une vie sans contrôle pédagogique, ça peut exister, mais où ?

Pour aller au plus court il y a l’Angleterre, tout simplement. Là-bas, chacun est roi en sa maison ! Pour le reste de l’Europe je n’ai pas beaucoup d’infos. C’est assez flou au Portugal et globalement impossible dans pas mal d’autres pays européens. En Amérique en revanche c’est plus diversifié. Au Canada les commissions scolaires peuvent contrôler, mais l’IEF est un droit bien plus respecté que chez nous globalement.

Aux Etats-Unis tout dépend des états. Certains l’interdisent, d’autres contrôlent, et enfin certains sont totalement libres comme l’Idaho, le Texas et j’en passe. Perso j’avais confronté cette liste avec les problèmes de criminalité et les obligations de vaccination.  Ca élimine pas mal de possibilités. J’en étais resté sur l’Idaho. Je crois que c’est une région plutôt à tendance nationaliste (donc probablement difficile de s’intégrer). Mais ca me semble une région bien plus calme que le Texas pour des libertés équivalentes 🙂

Finalement, je reste hésitante pour le moment. On supporte, on s’en sort pas trop mal, mais ces contrôles sont l’objet de tensions à la maison. Sincèrement, je pense que chaque tour de vis est un petit pas inconscient vers la sortie du pays pour nous. J’offre des libertés à mes enfants, on s’applique tous à respecter un contrat. Eux produisent les preuves, nous on s’assure qu’elles collent à une progression et on gère l’inspection. Je n’ai pas envie de les leur retirer si du jour au lendemain les règles du jeu doivent changer.

 

Total
32
Shares

4 commentaires

  1. Je n’ai jamais entendu parlé de ces contrôles. C’est pour ceux qui étudient à domicile à l’étranger ? 🙂 Excuse-moi si tu l’as précisé dans l’article, mais que je n’ai compris haha.
    Merci de m’avoir appris des choses en tout cas 🙂
    Bisous.

  2. Ouah ton article est hyper intéressant, je ne savais pas qu’il y a avait une inspection tous les ans lorsqu’on fait l’école à la maison ! C’est franchement pas égalitaire avec l’école, qui devrait aussi dans ce cas avoir une inspection tous les ans ! Quand on voit les résultats en baisse de la France en maths par exemple, ils devraient peut-être revoir leur priorité au niveau des inspections !

    En tout cas, tu as l’air super organisée dans tout ça ! Bravo 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Aller à la barre d’outils